promachus-japon A cette période de l’année, les couloirs externes de l’immeuble sont envahis de mites, de scarabées, de cousins et de moustiques cachés en embuscade… Ce sont les néons qui dès 17 heures attirent les insectes et leurs prédateurs. Jusqu’ici, les plus grosses bestioles rencontrées étaient des cigales, des mites-moineaux et des libellules. Je ne pensais pas que j’aurai l’occasion de tomber sur LA mouche. J’ai tout de suite tiqué dans le couloir lorsque je suis passé devant un insecte aux rayures jaune-noir. En général, c’est le signe d’une guêpe ou d’un frelon. Un peu surpris pas la taille du bestiau, je me suis approché pour découvrir avec horreur que le corps de l’animal s’allongeait à l’arrière comme une libellule mais que les pattes, larges et velues se déplaçaient à la manière d’une mouche…. Les yeux immenses m’ont tout de suite indiqué que je n’avais pas affaire à une guêpe mais à un diptère (famille des mouches et moustique), une mouche 2 fois plus grosse qu’un frelon. Les motifs jaune-noir servent en général aux mouches à se faire passer pour une guêpe afin de dissuader les prédateurs, mais là, vu la taille de la mouche, je ne vois pas quel prédateur tenterait sa chance…

Une rapide recherche sur gogol m’apprend que le charmant animal attrape tout ce qu’il peut : abeilles, mouches, guêpes, araignées, libellules, papillons, coléoptères…. Il se jette sur sa proie par l’arrière et injecte sa trompe de diptère dans le cou de la proie et y diffuse une salive qui décompose l’animal. Puis, il aspire le tout avec sa paille comme on peut sucer un Mr Freeze…. Trop sympathique. Le monde animal est merveilleux, mais surtout, qu’il reste à son échelle !!