De retour à Kyôto, je décide de refaire à pied certains grands incontournables : le temple Honganji dont je connaissais déjà la partie orientale, le château Nijô puis le palais impérial.

215

Je vous recommande plutôt d’emprunter le métro. Les avenues sont interminables, et ce qui paraît proche sur une carte, est en fait un défi pour randonneur.

213

 

Par hasard, je tombe nez à nez avec un bâtiment un peu particulier. C’est délabré, moche, et un drapeau rouge flotte insolemment sur le toit. Il s’agit d’un bastion communiste. On sent presque l’isolement du bâtiment ! Savez-vous que le communisme japonais est issu du Maoïsme et non du communisme soviétique ?

214