On sonne le réveil dans tout l’hôtel à 5h45. Dans les chambrées, les petits Japonais se lèvent tous et commencent à s’affairer. Le petit déjeuner est servi à 6h00, ici. Ce qui laisse 15 minutes pour se préparer. Je revis un peu l’ambiance de l’armée. L’auberge de jeunesse de Higashiyama est à mi chemin entre un internat et un camp militaire.

Ce n’est pas le moment de faire mon gaijin. Je suis le mouvement comme un automate. Après tout, j’ai déjà vécu ça. Toilettes, rangement de la chambrée, lit au carré. Ce qui me distingue des gamins, c’est que je dois consacrer du temps pour me raser…

Je rattrape vite les enfants et m’attablent avec eux. Ils trouvent ça assez sympa de se retrouver à manger à côté d’un vieux gaijin. Ils sont souriants et très curieux de savoir ce que je peux manger au petit déj.

Ensuite je fais le point sur mon plan de la région : J’ai prévu de faire un tour à Ôtsu. Il n’y a rien de spécial à voir la-bas, mais je souhaite juste jeter un coup d’oeil sur le lac Biwa, sur lequel j’avais lu un article lorsque j’étais étudiant.

Le réseau de métro de Kyôto est si étendu qu’il permet de s’y rendre sans prendre le train.

Lorsque j’arrive sur la plage, l’endroit semble désert, ce qui n’est pas étonnant vu l’heure à laquelle on m’a fait lever. Il est à peine 7 heures…

210

211