071

Sur place, je ne connais personne, et me retrouve perdu dans une gare immense. Après avoir choisi une auberge de jeunesse sur mon guide, je décide de le rejoindre à pied sans plan de la ville. Voilà un choix bien orgueilleux qui va me faire errer 2 heures sous un soleil de plomb.

Premier constat : je trouve que les gens ont un faciès assez différent des Japonais que je connais. Ils ont un petit quelque chose que je n’arrive pas à cerner. Ce n’est peut-être qu’une impression, mais je les ai trouvé mieux proportionnés que leurs cousins du sud. Même de visage, j’ai trouvé que les gens de Sendai étaient plutôt bien faits, proches des proportions occidentales. (Je me remémore alors un texte étudié à l’Inalco sur un sujet assez loufoque : Les Japonais ne seraient pas égaux devant la beauté, selon qu’ils vivraient face à la mer du Japon ou face à l’océan Pacifique… un texte aux arguments douteux…) Après avoir réussi tant bien que mal à décrypter un plan de quartier, je réussis à trouver mon hôtel.

072